Archives par mot-clé : Sarkozy

Cécité

Éditorial surréaliste d’Eric Fottorino dans Le Monde daté du 14 octobre 2009 à propos de la candidature de Jean Sarkozy à la présidence de l’EPAD.

Si la tonalité de l’article est assez conforme à ce que je pense de l’indécence de cette candidature, la conclusion laisse rêveur sur les dérives (passées ?) du Monde :

Quel brouillage d’image, quel gâchis pour un président épris de réformes et de modernité ! Où est passé le candidat Sarkozy qui vantait avec conviction en janvier 2007 « la République irréprochable » ?

Sans rire ?!? Qui a pu douter que le discours du candidat n’était que de façade et destiné à séduire un électorat qui n’était ni acquis, ni déjà séduit ? Un discours uniquement réduit a la fonction de ringardiser la gauche, à contrer la modernité de son candidat (je rappelle que mon candidat était Dominique Strauss-Kahn).

Apparemment, Le Monde s’y était laisse prendre !

Filiation

Malgré mon intérêt, j’avais boycotté le livre sur la présidentielle de Sarkozy, L’aube le soir ou la nuit, de Yasmina Reza. Non à cause du livre lui-même, mais pour ne pas cautionner ce président que je récuse en ajoutant à sa victoire électorale un succès de librairie.

2 ans après, l’occasion de sa sortie en poche me permet de le lire sans honte.

Quelle déception ! Certes, je suis dans une période Emmanuel Carrère, mais quand je pense a ce qu’il aurait pu faire du personnage de Sarkozy, et que n’a pas su rendre Yasmina Reza …

Non qu’elle passe à côté de son sujet, mais son style est lourd, sans cette empathie humaine que Carrère sait mettre.

J’avais aime Art au théâtre, peut-être grâce aux acteurs, Arditi, Lucchini et Vaneck. En les lisant, j’avais détesté la noirceur de Une désolation, et apprécié l’inéluctable du Dieu du carnage.

Dommage que cette proximité de Sarkozy n’est pas donne lieu à un texte mieux écrit. Mais, finalement, est-ce peut-être pour cela qu’il a accepté ?

Que retenir : le côte enfantin du personnage, sa volonté de gagner, son égocentrisme, son besoin de séduire ?

Pour faire bonne mesure, peut-être faudrait-il lire 20 000 euros sur Sego de Christophe Donner ? Mais c’est trop dur …