Archives par mot-clé : Parti socialiste

Aubry

Pourquoi je voterai Martine Aubry le 16 octobre 2011

Chacun peut le constater en parcourant les notes de ce blog, je suis depuis des années, fidèle à Dominique Strauss-Kahn et cette fidélité politique ne s’est atténuée, ni avec le temps, ni avec les affaires dans lesquelles il a été impliqué.

Mon candidat naturel à l’élection présidentielle de 2012 est et restera Dominique Strauss-Kahn.

Dans l’impossibilité qu’il d’être en situation de se présenter aujourd’hui, et face à la nécessité de désigner un candidat du Parti socialiste et de battre la droite en Avril 2012, la seule personne pouvant rassembler les forces et l’intelligence de la Gauche est aujourd’hui Martine Aubry.

Pour comprendre les raisons de ce choix, il faut revenir à la conception que j’ai de l’élection présidentielle.

Je suis contre l’élection du Président de la République au suffrage universel. Je suis contre cette conception issue de la Vème République qui fait du Président une sorte de sauveur suprême censé incarner la Nation.

Pour un homme de Gauche, imaginer qu’une seule personne puisse effectuer la synthèse des aspirations d’un peuple est impossible. La culture dont je me réclame est une culture collective, une culture de l’intelligence partagée, une culture de la régulation négociée des aspirations divergentes.

C’est pour cela qu’il faut redonner au Parlement son rôle premier de débat d’idée, du lieu où s’expriment les différents choix et se choisissent les orientations. C’est pour cela qu’il faut redonner au Gouvernement, son rôle de mise en oeuvre de ces orientations. Ceci fait, alors, et alors seulement, le Président peut jouer un rôle de conscience morale, d’ambassadeur  et surtout, oeuvrer pour intégrer la France dans l’Europe, parce qu’il ne sera enfin plus celui qui protège la France de l’Europe, mais celui qui représente la France en Europe.

Devenir européen ne passera que par une diminution du rôle politique du Président au profit du gouvernement et au profit de l’Europe. Puisque nous sommes de Gauche, nous sommes internationalistes, nous sommes Européens, nous ne pouvons donc qu’être pour une diminution du rôle du Président.

Dominique Strauss-Kahn me paraissait avoir intégré toutes ces dimensions et étaient pour moi celui qui pouvait le mieux transformer le rôle du Président et redonner un rôle premier au gouvernement et au parlement.

Qui donc de Martine Aubry et de François Hollande est mieux à même de prendre la suite ?

Martine Aubry était avec Dominique Strauss-Kahn de cette « Dream Team » du gouvernement de Lionen Jospin en 1997. Ce fut l’un des gouvernement les plus actifs, les plus équilibrés, les plus efficaces que l’on ait connu. Débats d’idées, choix fondamentaux, investissements vers l’avenir,  transformation de la société, tout cela a été fait à partir de 1997 avec cette équipe dans laquelle figurait Martine Aubry (Ministre de l’Emploi et de la Solidarité et n°2 du Gouvernement).

Et pour ceux qui rétorquerai que ce gouvernement s’est terminé par l’échec du 21 avril 2002, je répondrai que, à mon avis, après le départ de Dominique Strauss-Kahn puis de Martine Aubry, Lionel Jospin n’a pas su  renouer avec cette dynamique collective et créer, au moment de l’élection présidentielle, une aspiration vers le futur qui fédère la Gauche.

Je crois que Martine Aubry est la plus capable aujourd’hui de recréer à Gauche une équipe à même de répondre aux difficultés d’aujourd’hui, et notamment à la crise économique majeure et celle du capitalisme que nous vivons actuellement et qui va s’amplifier dans les mois qui viennent.

C’est pour cela que je voterai pour Martine Aubry le 16 octobre 2011 lors du 2ème tour des Primaires citoyennes organisées par le Parti socialiste.

J’aurai aimé pouvoir finir sur la phrase précédente, mais je sais qu’on me reprochera de ne pas avoir indiqué pourquoi François Hollande n’aurait pas les mêmes qualités.

La réponse est simple et terrible : parce qu’il ne les a tout simplement jamais démontrées. François Hollande est un personnage sympathique, rondouillard (à l’époque), rigolo. Beaucoup se souviennent de ces discours lorsqu’il était Premier Secrétaire, ils étaient drôles, parfois percutants. Mais, en aucun cas, à aucun moment, François Hollande n’a incarné un leadership quelconque, à aucun moment, François Hollande n’a incarné une évidence d’idées propres, une évidence de propositions, … C’est certainement un bon orateur, un bon traducteur de la pensée de son leader, c’est certainement un bon second, certainement pas un Président de la République.

Pari

Je l’avais dit, je l’ai fait, j’ai lu 20.000 euros sur Ségo de Christophe Donner !

Eh bien, ce fut une bonne surprise. Il ne faut chercher l’essai politique ni l’analyse en profondeur, encore moins une étude humaine comme aurait pu la faire Emmanuel Carrère.

C’est le journal dilettante d’un congrès du PS et de sa préparation vu par un parieur. Et c’est peut-être cela qui est intéressant. De la difficulté d’être un parieur, de comment parier, de ce qui fait une cote, c’est cela le vrai thème du livre.

Bref, des vacances sur le front du politique.