Changements

Il faut aller voir Adieu Gary de Nassim Amaouche avec Jean-Pierre Bacri.

D’abord parce que c’est un beau film très bien filmé et mis en images. Le lieu, un ville dont le temps s’est arrêté avec l’usine qui a ferme, le décor, des batiments murés, une usine déserte, de grandes avenues de platanes, vides, poussiéreuses, comme le sont les rues principales des villes de western.

Ensuite, pour l’histoire, celle d’un homme, fier de son travail, et d’un fils qui cherche comment rebondir. peu de mots. Mais le travail quotidien de l’homme, pour construire sa machine, pour aller au bout des ses rêves.

Pour les idées, enfin, car dans ce village où tout semble s’être arrêté, à l’image de cet adolescent mutique, attendant son père parti et regardant les films de Gary Cooper, la vie est là, dans le désir d’une fille, dans les petits trafics des uns et des autres, dans l’aspiration sociale d’un nouvel arrivant, cette vie qui va recréer le mouvement et permettre à chacun d’aller de l’avant.

Je n’oublierai pas de sitôt l’un des formidables plans qui clôt ce film, les ablutions, filmées en très gros plan, de l’un des vieux ouvriers du village, avant de se rendre à la mosquée. Mosquée de fortune qui a remplacé les syndicats dans la Maison du Peuple, mais qui ramène la vie, l’espoir et les jeux des enfants.

A signaler pour finir, la musique envoutante du Trio Joubran qui accompagne le film.

Le Trio Joubran : http://www.letriojoubran.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 + dix =