Vie

18906715J’ai hésité entre plusieurs titres à cette note sur le film de Philippe Claudel, Il y a longtemps que je t’aime.

Fallait-il parler de « Reconstruction », de « Mémoire », … Ces termes s’appliquent bien au film. J’ai finalement choisi Vie.

Parce qu’il parle de la mort, et quand je dis parle, c’est bien de l’inverse dont il s’agit. La mort dont il est question, on n’en parle pas, ou si peu, à la fin. On ne la parle pas, on en crie, on en pleure.

C’est un film sur la vie, sur ce qu’il y a après, sur ce que Juliette, l’héroïne, reconstruit après sa sortie de prison. 15 ans de non-vie ; 15 ans à compter les pas dans la cour de la centrale.

C’est un beau film. Un film fait par un auteur, et qu’il soit aussi écrivain n’y change rien. C’est un film d’un auteur qui sait faire passer beaucoup en peu de mots, qui sait faire ressentir les choses dans un geste, un regard, un rapport.

Le film est porté par les 2 actrices, Kristin Scott-Thomas et Elsa Zylberstein. Elles sont 2 soeurs, Juliette, et Léa qui l’accueille. Elles sont belles, fermée pour l’une, lumineuse pour l’autre.

Vie, oui, car si on ne choisit pas ce qui nous arrive, on choisit chaque jour comme vivre, comment continuer, comment se comporter.

Ces choix sont parfois durs. Ces choix peuvent sembler injustes ou odieux. Ou bien, s’éclairer au nom de la vie et de l’amour.

Courrez voir ce film. Je n’ai pas lu Philippe Claudel, mais si j’en juge par les films tirés de ces livres (cf Les Ames Grises, de Yves Angelo), c’est un auteur important.

PS : La BO du film est signée Jean-Louis Aubert. Le générique de fin se conclut sur « Dis, Quand reviendras-tu ? » de Barbara, chanté par Aubert. Encore un signe.

18893397 w434 h q80 18893382 w434 h q80

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix + 1 =