On continue

Mon Président 2007 allait-il s’arrêter puisque le candidat de mon choix, Dominique Strauss-Kahn, n’a pas été investi par le Parti socialiste ?

La réponse est non, bien sûr.

Ségolène Royal est la candidate du Parti socialiste. Sa victoire dans le vote de désignation est suffisamment nette pour qu’elle dispose maintenant des moyens de mener la campagne qu’elle souhaite. Il lui appartient de rassembler le Parti socialiste.

Elle peut le faire en s’appuyant sur les idées et les propositions qui ont été celles de Dominique Strauss-Kahn.

Elle peut compter sur la compétence de DSK et de tous ceux qui l’accompagnent, si elle souhaite faire appel à eux.

Mais le socle d’audience que représente les idées dont DSK a été le porte-parole pendant cette campagne dépassent largement le résultat final.

Le courant de pensée social-démocrate doit se développer. J’apporterai ma contribution.

La campagne électorale des présidentielles va se dérouler dans une configuration qui est encore largement inconnue. A droite, le candidat de l’UMP est encore contesté en son sein et on ne sait s’il y aura un(e) autre candidat(e) issu de cette mouvance. Chez les Verts, des interrogations peuvent surgir sur la nécessité d’une candidature de témoignage sans commune mesure avec l’importance des problématiques politiques historiquement portées par les écologistes.

Je reviendrai à la lecture du marc de café au travers de pronostics sur ce blog dans quelques temps.

Mais il est un sujet qui devra mobiliser notre attention dans les mois qui viennent : celui de la reconstruction de la gauche. La disparition programmée du Parti communiste, l’émergence d’une force radicale « anti-libérale », le constat de l’impossibilité pour les Verts à construire une organisation viable seront autant d’aiguillon de cette nécessité de reconstruire la gauche.

Les tentatives récentes de Fabius lors du référendum sur le Traité Constitutionnel Européen (TCE) ou de Ségolène Royal au travers de ses clubs Désirs d’Avenir sont autant de preuve de la volonté de certains de contourner ou de dépasser le Parti socialiste.
Je crois en la nécessité d’une Fédération de la Gauche, c’est à dire d’une grande force politique capable de fédérer les différents courants politiques de la Gauche (des Radicaux aux Verts en pasant par les socialistes et les communistes rénovateurs, et tous ceux qui voudront s’y joindre dans une logique de gouvernement) et de donner une traduction politique à l’action sur le terrain des militants des grandes causes associatives.

Nous devons trouver la jonction entre la pratique concrète des militants associatifs et la transformation de la société que nous voulons. C’est par ce moyen que seront réussies des primaires de toutes la gauche qui me paraissent inéluctables pour la présidentielle de 2012.

C’est à cela que je m’emploierai, et je l’espère, avec moi, tous ceux qui ont suivi DSK.

Nous devons prolonger le courant de pensée qui est le nôtre, dont DSK a été le porte-parole et dont il est maintenant le leader.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × trois =