Changer la gauche pour changer la France

Un grand discours de Dominique Strauss-Kahn mercredi 4 octobre à Alfortville.

3 thèmes forts :

  • un engagement fort, profond, issu de son histoire personnelle et de sa vie militante qui le conduit à s’engager dans la bataille de cette élection présidentielle qui est celle d’un changement d’époque et celle de la gauche du 21ème siècle

Je vous invite à une bataille pacifique, mais à une bataille déterminée. A une bataille politique, pour qu’ensemble nous soyons capables dans sept mois – dans sept mois seulement !- de construire dans notre pays, en France, un monde nouveau, un monde différent, où les industries ne disparaîtront pas du jour au lendemain, et où notre travail de tous les jours sera la mise en œuvre de nos convictions les plus intimes.

Un monde qui va changer. Qui va changer la vie de ceux qui souffrent. C’est cela que, pour commencer, je vous promets.

  • un engagement autour des valeurs de la social-démocratie et d’une vision réformiste de la société qui seule peut changer, y compris en profondeur la société

La social-démocratie, pourquoi ? D’abord, parce que dans social-démocratie, il y a social, et que la gauche, ce sont les progrès sociaux. Je veux saluer avec vous ce soir ceux qui ont mis fin au travail des enfants, ceux qui ont permis la mensualisation des salaires, ceux qui ont légalisé le droit de grève, ceux qui ont inventé les congés payés, ceux qui ont voulu le salaire minimum, ceux qui ont organisé la réduction du temps de travail. C’est notre héritage, c’est nous qui l’avons voulu !

Ce soir, devant vous, je m’engage, et au-delà de vous, devant tous les socialistes, et au-delà des socialistes, devant tous les Français. Je m’engage à renouer avec cette gauche-là. La gauche que nous devons construire, elle est dans la droite ligne de ce qui a été fait avant nous.

  • une méthode celle de la vérité et de l’action pour convaincre les français que les solutions de la gauche seront appliquées et pourront changer les choses

Mes amis, je veux terminer par cette vérité. Car, si la politique a un sens, si elle est noble – comme je vous l’ai dit tout à l’heure -, elle doit s’incarner dans la vérité. C’est armés de cette vérité, de nos convictions, de votre force que nous allons, ensemble, partir pour cette bataille, pour battre la droite au printemps 2007.

Pour les temps qui viennent, pour les semaines qui sont devant nous – et derrière ces semaines, pour les mois qui nous séparent de l’élection devant les Français -, je veux vous faire deux promesses. La première, c’est celle d’une campagne sans concession, une campagne de celles qui mènent à la victoire. La seconde, c’est celle d’un retour à la vraie gauche, celle qui sait vraiment changer le monde, en profondeur, dans le sens que les socialistes ont toujours rêvé lorsqu’ils ont choisi l’engagement politique.

Mener le combat sans concession, battre la droite, faire revenir la gauche et que la vraie gauche, celle qui sait changer le monde soit là,active, voilà les promesses que je vous fais.

Retrouvez le texte intégral du discours ou le podcast du discours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 + onze =