Aucun de mes amis de gauche ne vote Ségolène (article de Marianne)

Une fois n’est pas coutume, je tombe sur un article de l’hebdo Marianne qui attire mon attention.Cet article de Victor Müller, chef d’entreprise à Villejuif, s’intitule “Aucun de mes amis de gauche ne vote Ségolène“. Il commence comme ceci :

Je ne connais pas, parmi mes proches ayant une sensibilité politique de gauche, une femme ou un homme qui souhaite que Ségolène Royal soit la candidate du Parti Socialiste en 2007. Voilà un constat surprenant au regard des sondages d’opinion publiés depuis un an.

Pour une fois, je trouve une analyse fine de l’état du PS, des choix qui n’ont pas été faits, des différences qui n’ont pas été réglées. Et une bonne définition du positionnement de Ségolène Royal et de son origine.
L’auteur en conclusion propose deux scenarii de l’avenir. Le scenario optimiste :

Les postures de Laurent Fabius et de Dominique Strauss-Kahn ouvrent aujourd’hui le débat tant attendu. Ils présentent tous les deux des perspectives politiques mobilisatrices pour la gauche dans les cinq ans. En cas de victoire, l’un et l’autre auront eu le mérite de susciter l’adhésion des français autour d’idées et porteront une ligne politique qu’ils pourront revendiquer dignement et à haute voix. La modernité, la vraie, est de mon point de vue dans la clarté du contrat proposé aux citoyens.

Le scenario pessimiste se conclut de la manière suivante :

En agitant des idées très éloignées de la famille socialiste et en choisissant des mots parfois empruntés aux heures sombres de notre histoire, Ségolène Royal prépare un breuvage qui nous promet, au delà de l’euphorie des sondages, une belle gueule de bois de lendemain d’élections présidentielles. Camarades, attention au risque d’accoutumance !

A lire d’urgence sur le site de Marianne. Pour exiger qu’un véritable débat puisse s’engager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 + huit =