Zidane

L’affaire du coup de tête de Zidane lors de la finale de la Coupe du Monde de football donne lieu à une débauche de commentaires depuis une semaine.

Quel que soit le prestige du héros, il faut rappeler l’évidence : on ne répond pas à la provocation par la violence. La position sociale, le prestige de ce joueur devrait le préserver de ce genre de geste.

Non pas, comme on l’entend en ce moment, parce qu’il est un modèle. mais, parce que la culture, l’éducation, la position sociale devraient nous éloigner des réflexes bestiaux.

Peu importe ce qu’a pu dire le joueur italien à Zidane. Gagner des millions, fréquenter la jet-set, être l’icône de plusieurs générations ne suffit pas à faire d’un homme un être civilisé.

PS du 17 juillet 2006 : cette note peut paraître sévère ou injuste envers Zidane. Il n’en reste pas moins qu’il nous faut expliquer à nos enfants qui justifient le geste de Zidane en disant « Ca se fait pas ce qu’a dit l’italien » qu’on ne doit pas utiliser la violence et que la violence engendre la violence (il n’y a qu’à voir la réaction israélienne aux provocations du Hezbollah et la réaction du Hezbollah à l’intervention disproportionnée d’Israël. Si l’on veut sortir de la loi loi du plus fort et ne pas aller vers la loi de la jungle, il faut parfois juger sévèrement les comportements inappropriés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze + douze =